Hits: 70

Longtemps réservé à une poignée d’experts, forcément bricoleurs et avec de bonnes notions d’optique, l’astrophotographie avec l’apparition de boitier reflex numérique dès 2002 est devenue un moyen simple (relativement) et bon marché (enfin presque) de voir l’Univers en couleurs.

Tout commence avec un appareil photo numérique (noté DSLR) reflex ou non mais dont le temps de pose maximum doit être au minimum de 15 secondes (noté “), plus souvent de 30 “. Au mieux il sera équipé d’une pose dite [B] qui permet de laisser ouvert le diaphragme autant de temps que l’on veut.

Pour pas cher (35-50€)vous vous équiperez  d’une commande de déclenchement (à cable, Bluetooth, Infra rouge, wifi, Djembé…) pour piloter et refermer le diaphragme sans toucher l’appareil (sinon je vous garantis que vous verrez les tremblements sur votre image).

Evidemment on ne va pas tenir l’appareil à bout de bras durant ces longues poses, vous allez avoir besoin d’un pied photo ( les toits de voiture et rebords de fenêtre vont montrer rapidement leurs limites en terme de choix de cadre et d’ergonomie !).

Comme les prix s’échellonnent de 30 à plus de 300€ choisissez en fonction de votre budget, mais dites vous que le poids est plutôt un avantage en astro, plus votre équipement est lourd, plus il sera stable. (Pour les randonneurs, bon courage )

Pour une première expérience c’est tout ce dont vous avez besoin .
En résumé :

  • mode manuel
  • prise 30″ de pose à 800 Iso
  • ouverture du diaphragme par cable (ou avec votre main devant l’objectif au moment ud dévlenchement)
  • l’appareil sur un pied, orienté selon votre choix

A fin de la prise de vue et en fonction de la région, vous devriez obtenir des étoiles en couleurs avec un fond de ciel un peu, voire bien orangé (satané éclairage public inutile à minuit)